Skip Navigation LinksAccueil > Nouvelles > Déclaration de l'UMA sur la Journée des droits de l'homme - 10 décembre 2018

Déclaration de l'UMA sur la Journée des droits de l'homme - 10 décembre 2018

L’Union Mondiale des Aveugles (UMA) accueille avec joie une nouvelle occasion de fêter la Journée des droits de l'homme. La Journée des droits de l'homme a lieu tous les ans le 10 décembre depuis que l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme. Cette année, la Journée des droits de l'homme marque le coup d'envoi d'une campagne qui va durer une année et vise à fêter le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ce document incontournable proclame les droits inaliénables reconnus à toute personne humaine, indépendamment du handicap dont elle souffre, déficience visuelle comprise.

L’Union Mondiale des Aveugles (UMA) se joint aux Nations Unies pour fêter cette journée en priant les états de faire progresser les droits des personnes handicapées visuelles.

Les droits de l'homme et la représentation font partie de nos sphères de priorité, et nous avons pour objectif d’assurer que les droits des personnes aveugles et malvoyantes trouvent leur articulation à tous les niveaux aux plans national, régional, international et mondial. Nous demandons des cadres politiques administratifs et législatifs inclusifs et accueillants pour les personnes aveugles et malvoyantes.

La situation des personnes aveugles et malvoyantes en termes d’accès aux droits de l'homme

La persistance des barrières culturelles, sociales, juridiques, physiques et institutionnelles constitue autant de restrictions à l’inclusion complète des personnes malvoyantes dans la société, dans tous les domaines de la vie publique et privée, notamment : éducation, emploi, soins sanitaires, culture, loisirs, sports et activités de divertissement, sans oublier la participation politique. Ces personnes font face à d’immenses barrières à la mobilité personnelle à cause du manque d’accessibilité. Un accès limité à la justice limite l’accès aux communications et signifie isolement et exclusion. Le chômage chez les personnes handicapées visuelles est un véritable challenge car elles restent les plus pauvres parmi les pauvres, complètement démunies face au marché du travail. La décomposition des données par handicap, sexe et âge est donc fondamentale pour comprendre la situation des personnes aveugles et malvoyantes et étoffer les politiques ayant vocation à assurer leur inclusion effective et la pleine réalisation de leurs droits humains. 

Si de grands progrès ont été faits en matière d’inclusion des personnes aveugles et malvoyantes dans le cadre des droits de l'homme internationaux et du développement, des efforts de plaidoyer concertés restent nécessaires pour garantir que ces engagements se traduisent par un environnement habilitant apte à mobiliser les parties prenantes, améliorent la participation des personnes handicapées et consolident la volonté politique et la capacité des gouvernements à mettre en place l’Agenda 2030 dans la lignée de tous les instruments des droits de l'homme internationaux de l’ONU et de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CRPD de l'ONU). Ceci exige une attention constante pour assurer que les mécanismes des droits de l'homme maintiennent les plus hauts standards de la CRPD et facilitent les interconnexions et la cohérence de ces mécanismes avec les cadres de développement règlementaire.

Nous célébrons aussi l’adoption et la ratification du Traité de Marrakech qui appelle les chercheurs, éditeurs et universitaires à œuvrer dans la lignée des droits de propriété intellectuelle pour garantir que les personnes ayant un handicap visuel puissent recevoir et accéder à l’information sous les formats accessibles du braille, des gros caractères et électroniques. Nous célébrons cet accomplissement mais nous appelons néanmoins les états à ratifier cet instrument et à l’adapter à leur cadre juridique pour garantir que les obligations que recueille le traité soient remplies.

Toutefois cela reste un énorme défi pour de nombreux états puisque cet objectif n’a pas été correctement mis en place. Et cela freine notre participation, en tant que personnes aveugles et malvoyantes, sur un même pied d’égalité que les autres.

Nous plaidons pour la mise à disposition des ressources de sorte à pouvoir répondre aux différents besoins des personnes aveugles et malvoyantes. Nous appelons les gouvernements et agences internationales à fournir des données statistiques cohérentes concernant les personnes ayant un handicap visuel afin de disposer d’éléments probants au cours des phases de planification, budgétisation, programmation, développement de politique et mise en œuvre.

Nous désirons aussi que les gouvernements et partenaires au développement encouragent une participation aussi pleine qu’effective des personnes handicapées visuelles en assurant que leurs organisations et représentants soient consultés à tout moment sur les questions contentieuses et les droits qui les affectent au cours des processus de développement.

Appel aux actions

Nous demandons aux gouvernements et aux partenaires du développement international d’agir en faveur des droits suivants :
  1. Accessibilité. Nous avons le droit fondamental d’accéder à tout environnement construit, aux transports en commun, aux bâtiments publics sur un même pied d’égalité que les autres. Nous conseillons d’allouer les ressources appropriées au développement de villes intelligentes et accessibles qui assurent la promotion des besoins des personnes ayant une déficience visuelle. L’objectif de développement durable numéro 11 parle de l'accès aux villes intelligentes et à des équipements inclusifs. Cela donne l’occasion aux états parties de planifier et de budgétiser les exigences d’accessibilité destinées aux personnes ayant un handicap visuel ; à savoir la signalisation tactile en matière de circulation, le braille et les dispositifs sonores au niveau des feux, des transports en commun accessibles indiquant les arrêts, les ascenseurs parlants, entre autres.
  2. Nous demandons aux gouvernements d’allouer des ressources financières à la matérialisation de l’accès à l'information et à la conception d’un cadre politique et juridique approprié qui guidera la mise en œuvre de ce droit.
  3. Le chômage représente un défi important pour les personnes ayant un handicap visuel, reconnu par l’Article 27 de la CRPD et l’objectif 8 de développement durable. Nous demandons à nos partenaires au développement international d’exiger des gouvernements et des entreprises privées des actions affirmatives pour les personnes ayant un handicap visuel sous contrat de travail.
  4. Bon nombre de filles et de femmes handicapées visuelles n’ont pas conscience de leurs droits en matière de santé reproductive et sexuelle. Ce droit est repris à l’Article 25 de la CRPD et par l’objectif de développement durable numéro 5 qui porte sur l’égalité des genres. Nous voulons que les états garantissent que ce droit est vraiment réalisé par les personnes handicapées visuelles par l’intégration des droits de santé reproductive et sexuelle dans le système éducatif, budgétisent des informations sur le sujet et développent les capacités des organisations de personnes handicapées visuelles à des fins d’autonomisation de leurs communautés en matière de droits de santé reproductive et sexuelle.
  5. L’Article 26 de la CRPD garantit le droit à la rééducation des personnes handicapées visuelles. Nous appelons les gouvernements à intégrer ce droit dans leurs politiques et à fournir toute l’aide nécessaire pour réaliser ce droit.
  6. Enfin, nous recommandons de faciliter des initiatives emmenées par la communauté envers la promotion des droits sociaux et culturels pour les personnes handicapées visuelles.
-------------------
L'Union Mondiale des Aveugles (UMA) est l'organisation mondiale qui représente les quelques 253 millions de personnes aveugles et malvoyantes dans le monde. Ses membres sont des organisations de personnes aveugles qui parlent en leur propre nom, des organisations qui servent le collectif dans plus de 190 pays, ainsi que des organismes internationaux qui travaillent dans le domaine du handicap visuel. Visitez notre site web : www.worldblindunion.org

Contact pour toute information complémentaire :

Terry Mutuku
Responsable des Communications, Union Mondiale des Aveugles