Skip Navigation LinksAccueil > Ressources > Les Bénéficiaires Des Bourses

Les Bénéficiaires Des Bourses

Oyunu Kossiwa Marie, Togo
Ohunu Kossiwa Marie- Togo.jpg
Je m'appelle Oyunu Kossiwa Marie. Je suis étudiante à Université de Lomé, Togo, Faculté de Droit, 2ème année. 

Pour me présenter, je dirais que ce qui me caractérise est l’humilité, la créativité et l’esprit d’équipe. Ces caractères m’ont permis d’évoluer dans mes études et d’acquérir plus d’intelligence.

Je suis non-voyante depuis ma naissance. Cette cécité présente beaucoup de difficultés telles que celles de vaquer librement à mes occupations. Cependant, dès mon arrivée au Centre d’Enseignement Spécialisé pour Aveugles (CESA), je suis parvenue à faire beaucoup d’effort pour m’en sortir de la totale dépendance. 

La vue handicap présente d’énormes difficultés à savoir la difficulté de me déplacer régulièrement, la difficulté financière, l’insuffisance des matériels didactiques, etc. Mais La bourse m’aidera à poursuivre mes études supérieures. Elle a pour importance de me permettre à me concentrer sur mes études. 

Etant une personne en situation de handicap visuel et voyant ma condition de vie précaire, la bourse m’est très importante. La bourse me permettra d’avoir un niveau élevé pour être une haute personnalité dans la société.L’étude est très capitale dans la vie active. A plus forte raison étant une handicapée visuelle, c’est grâce aux études que je puisse m’épanouir. Comme conseils, je dirai aux personnes handicapées de prendre les études au sérieux, car se sont-elles qui les sauveront dans l’avenir. 

Dans les prochaines années, je pense d’ici quatre ans avoir mon Master et devenir Avocate. J’aimerais présenter mes sincères remerciements à l’union mondiale des aveugles pour ces incessants efforts et l’encourager à continuer dans la même dynamique.

------------------------------
Tchoka Abra de Lomé, Togo
Tchoka  Abra-Togo.jpg

Je m'appelle Tchoka Abra de Lomé, Togo. Je suis étudiante à Université de Lomé - Département d’Histoire en deuxième année (FSHS : Faculté des Sciences Humaines et Sociales).

Je suis non voyante et orpheline. Mon handicap visuel est dû au glaucome ; ce qui dure déjà dix-sept (17) ans. Au début cela m’ai difficile à m’en sortir mais j’ai pris l’habitude avec le temps.

Les difficultés sont énormes mais les plus nécessaires concernent le déplacement, la lecture des documents, les recherches. J’ai besoin d’une bourse d’étude parce que j’ai besoin d’évolution dans les études mais les moyens me sont insuffisants, l’importance de cette bourse est de m’aider à percer mieux dans mes études futures.

L'impact que cette bourse cela peut avoir n'a rien de personnel mais plutôt collectif ; cela pourra changer ma vie et aussi celle de ceux de mon alentour.
Ma motivation pour poursuivre mes études est de mieux prendre en compte la société malgré mon handicap. Avoir un handicap n’est pas une faiblesse, nous pouvons nous efforcer de réussir et réaliser nos ambitions.

Je remercie l'UMA parce que cette bourse contribuera de manière positive à ma carrière universitaire.

----------------------------
Noah Nartey, Étudiant en psychologie (Ghana)

noah nart-scholarship beneficiary-2018.png
Je m’appelle Noah Nartey. Je viens de Krobo, Odumasi, au Ghana. Je suis étudiant en psychologie à l’Université du Ghana. J’ai commencé à avoir des problèmes de vue en juillet 2011. Depuis lors, ma vue n’a cessé de décliner. Un test a révélé que mon œil était en partie abîmé. En 2013, j’ai été diagnostiqué de glaucome, et depuis, je dois utiliser un collyre pour aider à réduire la pression et éviter une plus grande détérioration oculaire.

  En tant qu’étudiant, j’ai du mal à voir les projections sur écran pendant les cours, et je dépens donc de mes collègues pour la prise de notes. Lire des ouvrages en petits caractères est également difficile, surtout pendant les vacances car à la maison je n’ai aucun dispositif d’aide.

À cela il faut ajouter que l’éducation est très chère au Ghana. Acheter des livres, payer les frais de scolarité et de logement, sans oublier la nourriture et autres frais de base rendent l’éducation chère. Et dans mon cas, le fait de devoir acheter des médicaments tout le temps suppose un poids financier supplémentaire pour ma famille.

La bourse de l’UMA m’aidera à poursuivre mes études. Je m’engage à acquérir les connaissances et les aptitudes qui m’aideront à vivre en toute autonomie et à apporter une contribution positive à ma société.

--------------------------------
Marcelline Gato Nzamwitakuze, étudiante en journalisme et communication, Université du Rwanda

Marcelline photo-2.jpg
Je m’appelle Marcelline Gato Nzamwitakuze, j’ai 24 ans et je suis étudiante en journalisme et en communication à l’Université du Rwanda. Je suis malvoyante, j’utilise le braille pour lire et écrire, JAWS pour l’ordinateur et une canne blanche pour me déplacer.

 La bourse de l’UMA est très importante pour moi car elle va me permettre d’acquérir le matériel de lecture en braille et de couvrir d’autres frais de scolarité. Je rêve de devenir journaliste et de défendre les droits des personnes handicapées. Je suis également la seule à faire des études dans ma famille, et je veux améliorer les conditions de vie de ma famille et apporter une contribution plus solide à mon organisation, l’Union Rwandaise des Aveugles, qui lutte pour les droits des personnes aveugles et malvoyantes. 

Mon conseil aux personnes handicapées est de ne pas se laisser décourager par les obstacles ou les problèmes que nous rencontrons tous les jours. Il faut continuer à lutter, montrer ce dont nous sommes capables et aller chercher le soutien nécessaire. Je remercie l’UMA de m’avoir choisie pour cette bourse. C’est une immense chance pour moi. Elle va m’aider à orienter positivement ma vie à travers les études.

------------------
Zougbetan Akouvi, Lomé, Togo

Je suis Zougbetan Akouvi. J’habite à Lomé, en Togo. je suis étudiante au département de lettre moderne (Littérature française et africaine) au sein de la Faculté des Lettres et Arts (FLA).
Zougbetan Akouvi Togo.png
Mon rêve d’enfance était de faire la médecine après l’obtension de mon baccalauréat pour devenir un grand médecin. C’est ce à quoi je travaillais ardemment avant la perte de la vue à la fin de la classe de 4eme dans les vacances scolaires en 2006. Cette nouvelle épreuve de la vie à laquelle je venais d’être soumise qu’est le handicap visuel, me plongea dans la quasi déprime car je voyais là mon rêve brisé en ce sens que sans la vue, j’étais utile à rien, et  m’obligea à cesser les classes pendant 07  ans.

Cependant j'ai rejoint une école spécialisée à Lomé en 2011 pour deux années d’apprentissage du Braille et de formation à l’éducation intégratrice et j’ai repris les cours en 2013. j’ai obtenu mon baccalauréat cette anné 2018 et je viens de m’inscrire  au département de littérature.

Lorsque j’ai pris conscience de mon handicap et que je l’ai accepté, je me suis fixé comme objectif, de continuer mes études en lettres modernes pour devenir une enseignante en littérature au lycée  et contribuer à travers mes enseignements à rehausser le niveau d’épanouissement dans les études des non-voyants en militant plus ostensiblement pour l’amélioration des conditions d’étude surtout dans le domaine littéraire.

Les difficultés que je rencontre à cause de mon handicap sont essentiellement en terme d’accessibilité et de dépendance vis à vis des autres. Je ne peux pas lire toute seule mes documents car la plupart des oeuvres littéraires  ne sont pas en braille et la version électronique est difficilement trouvable en Afrique ajouté à la difficulté d’accès à l’outil informatique due au caractère relativement élevé du prix des  ordinateurs. 

Donc, la bourse m’aidera à payer mes frais universitaires , mon logement proche de l’université, mes manuels scolaires et des outils informatiques me facilitant l’accès aux cours et documents comme des enregistreurs MP3 MP4, et un ordinateur performant amoindrissant les frais.

La bourse aura un effet positif sur ma vie en ce sens que, elle me rendra autonome et psychologiquement tranquile pour faire face aux exigences et aux contraintes de la formation universitaire et à coup sûre, elle me rendra meilleur en me garantissant une bonne formation me rendant par la même compétitive sur le marché de l’emploi, notamment dans la fonction publique de mon pays.
------------------